Daylightpeople.com Les acteurs français font plier les majors sur leur droits !
Actualité Droit des Acteurs

Les acteurs français font plier les majors sur leur droits !

1 600 acteurs français ont entamé en 2010 une action pour récupérer leur quote-part sur les ventes de DVD et VOD de films sortis avant 1985. Ils viennent d’obtenir gain de cause.

Daylightpeople.com Les acteurs français font plier les majors sur leur droits !
Le bras de fer des acteurs français contre les aura duré deux ans. Deux ans de négociations musclées pour récupérer ce qu’ils considèrent comme un droit : la possibilité de toucher une rémunération sur les DVD, Blu-Ray et vidéos à la demande des films réalisés entre 1960 et 1985. Car, avant la mise en place de la loi Lang cette année-là, rien n’était prévu dans leurs contrats pour leur permettre de profiter de ces types d’, qui n’avaient pas encore été inventés. Ainsi, des oeuvres comme Les bronzés, La grande vadrouille ou encore Les gendarmes de Saint-Tropez ont énormément rapporté aux distributeurs ces dernières années, sans que les comédiens touchent un centime. Au premier semestre 2012, le marché français de la vidéo pesait 600 millions d’euros, d’après le Syndicat de l’édition vidéo numérique.

C’est l’acteur Michel Creton qui, le premier, avait attiré l’attention sur sa situation en 2005. Contacté par Canal+ pour faire la promotion de la réédition des Bronzés et participer aux bonus, l’interprète de l’animateur entraînant les foules sur Y’a du soleil et des nanas n’avait obtenu aucune rémunération sur les ventes pourtant florissantes. Il décidait donc d’assigner en justice, bientôt rejoint par près de 1 600 acteurs français. Outre Canal+, TF1, SND (groupe ), , MK2 et Paramount sont également visés depuis 2010 par les interprètes mécontents. Parmi eux, on retrouve des célébrités comme Alain Delon, , Michèle Morgan ou .
5 millions d’euros de réparations

Soutenus par l’Administration des droits des artistes et musiciens interprètes (Adami) et leur président , les acteurs ont obtenu gain de cause le 11 juillet dernier. Un accord a été signé avec les six majors, qui s’engagent à rétribuer les acteurs sur l’exploitation des DVD et de la VOD, mais uniquement pour les films amortis financièrement. Une subtilité qui pourrait permettre aux producteurs de se dédouaner tant il est difficile de déterminer si certains films ont bien été rentabilisés. Pour répondre aux craintes des syndicats d’artistes, il a donc été décidé que la preuve de l’échec commercial des oeuvres devrait être apportée en cas de litige.

Le montant total des réparations pourrait s’élever à 5 millions d’euros. Mais au-delà de l’aspect financier, il s’agit surtout d’un “geste militant”. “J’aide les gens qui sont vraiment connus, mais qui sont dans la dèche, dans la précarité”, explique Philippe Ogouz aux Inrocks. Arrivés à l’âge de la retraite, nombreux sont les acteurs qui se contentent des minima sociaux. Outre une aide pécuniaire indéniable, l’accord signé leur apporte aussi la .

 

Source : http://www.lepoint.fr/cinema/les-acteurs-francais-font-plier-les-majors-03-08-2012-1492665_35.php

 

Related posts